Hier soir en regardant le Petit Journal, une séquence a attiré mon attention : l’interview de la somptueuse Léa Seydoux par Yann Barthès où était évoqué sa maîtrise de l’anglais

Après quelques extraits où on entendait parler l’actrice, le journaliste lui demandait comment elle était parvenue à avoir un anglais “sans accent”. Elle semblait un peu surprise, étant donné qu’elle est bien consciente de son accent français durant la séquence (il reste assez prononcé sur certains phonèmes). La James Bond girl du moment (Madeleine Swann, en hommage à Marcel Proust…) se confiait sur le fait qu’elle avait des astuces pour donner le change en anglais et qu’elle avait surtout une bonne oreille.

La séquence en question ici à 17″26.

 

2 choses m’ont frappé : la différence de perception de Yann et de Léa par rapport à son anglais, et la justesse de la réponse de la “blonde girl”

L’essentiel pour parler l’anglais avec fluidité est de développer “l’écoute”. L’écoute se travaille, l’apprentissage traditionnel de l’anglais en France ne prend pas en compte que l’oral et l’écrit requièrent des compétences différentes et complémentaires. C’est un paradoxe quand on observe de quelle manière les enfants apprennent une langue, d’abord par une pratique orale déconnectée de l’écrit et décomplexée. Dans le langage parlé, on ne prononce  pas les mots de la façon dont ils sont écrits, et il faut justement savoir se détacher de ce qui est écrit et apprendre à écouter pour parler avec fluidité. Comme Léa, il faut se fier à son oreille et oublier le texte pour pouvoir maîtriser accent, intonation et changements de sons spécifiques aux liaisons entre les mots d’une phrase. Bref, tous les éléments du langage parlé (connected speech).

 

Les astuces de Léa : sens du rythme, intonations, stress et liaisons

L’anglais est une langue musicale et rythmée où on accentue d’avantage certaines syllabes que le français, langue beaucoup plus “plate”. On peut ainsi constater que beaucoup de mots avec 3 ou 4 syllabes écrites perdent une syllabe à l’oral.

Quelques exemples : in-ter-est-ing devient “in-trest-ing” à l’oral, vo-ca-bu-la-ry “vo-ca-bul-ry” etc.

Cette contraction des syllabes permet de donner du rythme et de la fluidité à la langue, ce qui explique peut-être pourquoi il semble plus aisé de composer des chansons en anglais (c’est sans doute également lié aux structures plus souples de l’anglais, j’y reviendrai dans un prochain post). D’autre part, chaque phrase possède une rythmique propre qu’il faut savoir identifier à la lecture, en oubliant l’aspect visuel des mots.

On peut également faire varier le sens d’une phrase selon le mot accentué (stress), sans théâtralité excessive. Dans la phrase “Ann spent a lot of money yesterday”, on peut de manière très naturelle :

 

  • souligner le côté dépensier d’Ann : Ann spent a lot of money yesterday
  • souligner l’aspect inhabituel de cette dépense : Ann spent a lot of money yesterday
  • souligner le fait que la dépense est excessive : Ann spent a lot of money yesterday

 

et encore bien d’autres variations que je vous laisse expérimenter chez vous 😉

 

Avant tout de la technique

La maîtrise de la fluidité à l’oral est avant tout une histoire de technique et ne requiert pas nécessairement une grande maîtrise de la grammaire, un vocabulaire étendu ou des capacités de rédaction particulières. C’est un ensemble d’éléments qu’on peut assimiler et maîtriser à condition de développer son écoute et de travailler méthodiquement, de manière séquentielle puis en articulant les différents paramètres et en jouant avec la langue comme on joue de la musique.

 

Pour conclure

La bonne oreille de Léa par rapport à celle de son interlocuteur explique sans doute le décalage avec la perception de Yann et le moment de gène associé. Léa est sans doute dans le vrai quand elle exprime qu’elle ne maîtrise pas si bien la langue que ça, mais elle maîtrise les techniques qui lui permettent de véhiculer le sens qu’elle veut donner aux mots de manière fluide et apparemment naturelle.

 

 

Si ce post vous a plu, n’hésitez pas à laisser un commentaire ou à le partager, see you later !

 

A propos de l'auteur Formez-vous à l'anglais

2 Comments

  1. Edgar

    Tres intéressant ,merci pour les explications .

  2. Julien

    Merci! Inspirant.

Comments are closed.